Maintenance

Famille de métiers

La maintenance industrielle des systèmes de production : des métiers d’avenir !

Elle englobe toutes les activités de prévention, de réparation, et l’amélioration de matériels et d’équipements, qui permettent à un système de production de fonctionner de façon optimale, à l’aide de ressources internes ou externes dans le respect des exigences réglementaires et des cahiers des charges définis. Elle participe à la chaîne de création de valeur d’un produit industriel. La réalisation de ces activités nécessite la mobilisation de fonctions méthodes, planification, organisation, gestion et réalisation dans le cadre de budget défini.

Il s’agit de définir et de réaliser la maintenance préventive et prévisionnelle (predictive en anglais), de réaliser la maintenance corrective et les actions d’amélioration des biens, d’intégrer et d’installer de nouveaux biens, de communiquer, d’animer et d’encadrer des équipes, d’identifier les risques et d’appliquer les mesures de prévention nécessaires.

Les différentes maintenances

Maintenance préventive

Il s’agit d’une maintenance planifiée, pour éviter les arrêts de production. Il s’agira alors d’effectuer un contrôle visuel de l’installation, de vérifier l’usure des pièces, les niveaux de lubrifiants, … Certaines pièces pourront être remplacées par anticipation à partir d’estimation d’usure.

Maintenance prévisionnelle ( « predictive » en anglais )

Il s’agit d’améliorer la connaissance du process industriel, par un « monitoring » des machines. L’objectif recherché est d’aller vers le 0 arrêt non planifié ( ne plus subir les pannes ). Toute dérive sera identifiée et corrigée de façon à éviter la panne, en intervenant en dehors du temps de production et au juste moment.

On va donc vers une augmentation de la partie diagnostic et analyse de données.

Nota: certains l’appellent aussi la maintenance « conditionnelle ».

Maintenance corrective

Il s’agit d’un dépannage prioritaire car la production a été arrêtée suite à la panne, occasionnant des pertes de productivité.

Maintenance d’amélioration

Il s’agit d’une intervention programmée qui consiste à améliorer les performances du système de production.

Numérique, digital : au coeur des révolutions dans l’industrie

La maintenance est au coeur des révolutions par l’utilisation sur les machines de production,

de capteurs en tous genres reliés à Internet (IoT)* permettant une collecte massive de données sur les caractéristiques du process. Ces données recueillies en masse et en temps réel sont et seront analysées grâce au traitement des Big Data.

De leur côté, les logiciels GMAO** évoluent et évolueront pour permettre l’exploitation simplifiée des données recueillies afin de faciliter la prise de décision et d’optimiser l’organisation du travail.

————————-

La prise de décision pour intervenir se faisant non plus à partir d’historiques de pannes du parc installé dans l’entreprise, mais à partir des informations transférées directement par les capteurs ou à partir de bases de données contenant les historiques d’intervention sur des parcs-machines installés partout dans le monde.

————————-

Enfin, un accès à la GMAO en temps réel en toutes circonstances, est et sera rendu possible par l’internet mobile, grâce notamment au cloud**.

* IoT : Internet of Things, en français objets connectés

** GMAO : Gestion de la Maintenance Assistée par Ordinateur

***Cloud : Une ressource informatique accessible en self-service, à la demande et facturée à l’usage.

Les 5 enjeux de la révolution numérique au service des métiers de la maintenance

Le premier enjeu est de collecter toutes les données disponibles, le second d’analyser les données avec pour objectif premier la réduction des consommations, le troisième est d’exploiter les données grâce à des interfaces permettant la prise de décision rapide et ciblée (GMAO).

L’objectif est l’exploitation des données à 100% de TOUS « les actifs techniques » de l’entreprise de façon à favoriser la maintenance prédictive ( maintenance prévisionnelle, conditionnelle ) et des fonctions additionnelles de supervision. (Exemple : les informations de micro-coupures des machines sont déjà sur certaines machines mais peu exploitées à ce jour)

1 - Collecter les informations issues des systèmes de production

Grâce à des capteurs miniaturisés physiques, chimiques et biologiques, économes en énergie et en autonomie décisionnelle, remontent une multitude d’informations sur l’état des machines en temps réel : température, humidité, accéléromètre, dynamomètre…

Le + : Ces capteurs, reliés à Internet par wifi, ou en filaire, permettent une surveillance et une supervision en continue avec une vision 360° des process qui ont tendance à devenir tout « numérique ».

Des puces RFID, pouvant être doublées de GPS, permettront d’accéder facilement sur le terrain à toutes les caractéristiques des machines. Cette technologie (RFID : IDentification Radio Frequence) permet de collecter automatiquement des données à distance en utilisant des « radio-étiquettes » qui sont collées sur les machines de production.

2 - Analyser les informations avec le Big Data

Traitement des informations, data mining et text mining, pour utiliser des données rassemblées et « confrontées ».

Le + : Le « data lake » (ou lac de données) fournit un stockage global des informations collectées dans l’entreprise, qu’elles soient brutes ou structurées. L’absence de format imposé favorise une meilleure agilité.

Le Big Data désigne la capacité à collecter, stocker et traiter en temps réel des flux très importants de données de nature diverse en vue de leur appliquer toutes sortes de traitements analytiques et statistiques avancés qui relèvent de l’Intelligence Artificielle (IA) : analyse prédictive, machine learning, deep learning, etc… Ces traitements puissants visent à révéler des informations difficilement détectables par les voies traditionnelles et susceptibles de créer de la valeur. Ils permettent l’analyse en continu et en temps réel de l’environnement.

3 - Exploiter les informations par la GMAO nouvelle génération

La GMAO signifie, Gestion de la Maintenance Assistée par Ordinateur. C’est une méthode de gestion effectuée à l’aide d’un progiciel de GMAO en vue de gérer les tâches de maintenance.

Aujourd’hui – GMAO – GÉNÉRATION 1

Sur écran fixe et en temps différé

  • Informations rentrées manuellement en temps différé
  • Interface Homme-machine statique

Demain – GMAO – GÉNÉRATION 2

Dynamique et portable

  • Évolution sur l’interface Homme-machine
  • Meilleur historique des interventions

Après-demain – GMAO – GÉNÉRATION 3

En exploitant les données de parcs machines installés

  • Via les réseaux sociaux et le partage d’expérience entre professionnels de la maintenance
  • Via les bases de données constructeurs sur leurs parcs machines en utilisation

La GMAO nouvelle génération avec des fonctionnalités enrichies :

  • Un appairage avec d’autres outils :
    • GMAO / SIG (Système d’Information Géographique) – GMAO / AUTOCAD – GMAO / BIM (Building Information Modeling (Système d’Information des Bâtiments)).
  • Possibilité de renseigner oralement un rapport d’intervention avec conversion automatique par écrit.
  • Envoi automatique de message chez les sous-traitants retenus. …

Le + : Le travail en réseau a particulièrement du sens pour les PME, moins pour les grands groupes qui ont des outils plus élaborés et partagent déjà des données entre sites.

4 - Exploiter en temps réel les informations grâce à l’internet mobile

Le cloud et l’internet mobile permettent une remontée de données des machines. Ces données sont ensuite analysées afin de mettre à disposition toutes les informations nécessaire à la prise de décision ou à l’organisation du travail (exemple : analyse des données suite à un arrêt de la production).

+ Des médias sociaux qui permettent d’échanger avec d’autres experts du métier, dans un esprit collaboratif « facebook technique ».

5 - Exploiter en temps réel les informations en réalité virtuelle ou augmentée

RÉALITÉ VIRTUELLE (RV)

Elle permet de simuler la présence physique d’un utilisateur dans un environnement artificiellement généré par des logiciels. L’utilisateur y vit une expérience d’immersion et il peut y interagir. La RV permet de voir et de pénétrer à l’intérieur d’objets, rendant ainsi possible à l’humain de se mettre virtuellement en situation réelle, à taille réelle, et/ou de piloter un Homme virtuel.

Le + :

  • Casques de RV pour une immersion totale individuelle
  • Cave, Cube immersif en 3D
  • Cadwall : mur de projection avec utilisateur(s) portant également des lunettes 3D

RÉALITÉ AUGMENTÉE (RA)

C’est la superposition de la réalité et d’éléments virtuels, images 2D, 3D, sons, vidéos, etc… Elle s’applique entre autre à la perception visuelle, superposition d’images virtuelles aux images réelles. La réalité augmentée modifie donc notre monde en apportant des images virtuelles qui nous permettent d’avoir des informations supplémentaires et d’interagir. Elle est et sera de plus en plus utilisée dans l’industrie pour la conception, design, maintenance, assemblage, pilotage, robotique, etc…

Le + :

  • Lunettes de réalité augmentée
  • Utilisation de tablette, smartphone…

Conclusion - Numérique, digital : au coeur des révolutions dans l’industrie

Les femmes et les hommes de la maintenance sont des opérateurs et techniciens professionnels, polyvalents, poly-compétents et cette tendance continuera. Elles et ils seront de moins en moins sollicités pour des interventions basiques. En effet, les opératrices et opérateurs de production seront de plus en plus mis à contribution pour la maintenance de niveau 1 et 2* (Maintenance de niveau 1 = réglages simples ; Maintenance de niveau 2 = dépannage par échange standard – opérations mineures de maintenance préventive).

La maintenance manuelle, tout en restant incontournable, pourra être partiellement réalisée par des systèmes automatisés avec traitement de l’analyse des données (robots).

Lors des interventions sur machine, les compétences techniques de base resteront identiques :

  • Mécanique
  • Électronique
  • Informatique
  • Automatisme

Néanmoins, de plus en plus de compétences en informatique et en automatisme seront recherchées. La combinaison de compétences techniques, déjà présente à ce jour, (ex. : l’électromécanique), continuera à se développer (ex. : la mécatronique).

En parallèle de généralistes, des spécialistes de la maintenance répondront de plus en plus aux besoins des machines d’une complexité croissante.

Les responsables maintenance, verront leur travail de reporting simplifié et consacreront plus de temps à l’analyse des données et à l’animation de leurs équipes.

Pour en découvrir +

Téléchargez la présentation complète de la famille métier maintenance pour découvrir les autres chapitres :

L’industrie évolue, la maintenance aussi

Acquérir de nouvelles compétences en robotiques et cobotiques, automatisme, mécatronique, machines-outils multifonctions, technologies de rupture, innovations, drônes, matériaux et procédés d’assemblage, relations interculturelles, réglementation, impact environnemental …

Stop aux idées reçues

Au coeur de l’évolution des systèmes industriels, les métiers de la maintenance offrent une variété d’activités sans cesse renouvelées. La maintenance manuelle reste incontournable mais les compétences technologiques s’enrichissent régulièrement.

Le travail sera de moins en moins réalisé dans l’urgence, au profit d’une meilleure anticipation et planification. Les interventions seront plus efficaces, grâce à de nouveaux outils numériques: réalité virtuelles, augmentée, …

Acteurs de l’agilité dans l’industrie

Favoriser l’agilité et l’efficacité. Une tournure d’esprit « Amélioration Continue » au coeur du fonctionnement de tous les acteurs de la maintenance. Évolution dans la relation managériale, prise en compte des nouveaux risques, approche « entreprise apprenante », modification des relations de travail, une stratégie d’innovation…

Une place incontournable à l’intérieur et dans l’écosystème de l’entreprise

Les métiers de la maintenance prennent une place de plus en plus stratégique dans la chaîne de valeur de l’Industrie du Futur.

Optimiser la production de la chaîne industrielle – Optimiser les interventions sur les systèmes de production. L’objectif est alors d’améliorer la rentabilité de l’entreprise. Innovation organisationnelle, besoins en investissement et renouvellement, nouvelle organisation de la production, supply-chain, total productive management, harmonisation des méthodes de travail, entreprise étendue, mode start-up …

 

Restez informé sur l’actualité de l’AIF

Abonnez-vous à notre newsletter et Suivez les actualités de l'Alliance Industrie du Futur.

This is not a valid mail